Intoxication par la famille des Ericacées : rhododendron et azalées

Présents à l’état sauvage en France dans les régions des Alpes, des Pyrénées et du Jura, en terrain acide uniquement, les rhododendrons et les azalées ont été hybridées en de nombreuses variétés ornementales qui se trouvent également communément dans jardins et parcs.

Intoxication par la famille des Ericacées :  rhododendron et azalées

Toutes les parties de ces arbustes sont toxiques : elles contiennent de l’andromédotoxine ou acétylandromedol, une grayanotoxine accroissant la perméabilité cellulaire aux ions sodium : l’action est similaire à celle du curare, avec inhibition des muscles striés squelettiques et cardiaque, stimulation des centres du vomissement et dépression du système nerveux central.

L’intoxication se fait par consommation des feuilles, des fleurs et des rameaux. La toxicité diminue avec la dessication de la plante. 


Des cas ont été relevés chez de nombreux mammifères ainsi que les oiseaux de basse-cour et de volière : les caprins sont les plus fréquemment...

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner