Travailler sur une vision globale de l’élevage Réduire l’empreinte carbone grâce à une meilleure santé du troupeau

Le 10ème congrès vétérinaire international ovin (ISVC) s’est tenu à Séville, du 6 au 10 mars 2023. Le programme, très riche, avec plus de 70 conférences et 300 communications orales organisées en 3 flux de sessions parallèles, a attiré plus de 600 congressistes. Il était bâti autour de sujets d’intérêt majeur pour le secteur ovin : durabilité de l’élevage ovin, lutte contre la résistance aux antimicrobiens, maîtrise sanitaire et conduite d’élevage. Dans un congrès aussi dense, il est difficile de faire un compte- rendu exhaustif sans faire catalogue.  Aussi ai-je préféré orienter mon article sous l’angle des enjeux environnementaux de la filière ovine (diminution de l’empreinte carbone, réduction des intrants…).

Travailler sur  une vision globale de l’élevage Réduire l’empreinte carbone grâce à une meilleure santé  du troupeau

Dans ce cadre, il convient de souligner une excellente conférence (Ignacio de Barbieri) sur la résilience des moutons. La résilience (capacité de l’animal à maintenir une performance de production adéquate dans des conditions difficiles ou à revenir à son état d’exposition antérieure au stress, sans conséquences durables, et à s’adapter rapidement aux fluctuations environnementales) est un point clé du volet durabilité de l’élevage ovin. 

Parmi les stress majeurs, ont été cités les facteurs de stress climatiques (événements extrêmes de pluie, de sécheresse et de vagues de chaleur) qui impactent directement et défavorablement la production ovine. Le changement climatique affectera également...

Pour lire la totalité de l'article, abonnez-vous au Mag "Bulletin de l'Alliance" !

Déjà
abonné(e) ?


Accédez au contenu

Vous êtes adhérent(e) ?


Abonnez-vous au bulletin

Pas encore adhérent(e) ?


Adhérez à l'Alliance
pour pouvoir vous abonner